Les Bottes et le Plume

Je ne suis experte en rien : j'ai été formée pendant cinq ans pour ça.

Merci de mettre les patins

file0244-5

Pourquoi les bottes ? Parce que si j’avais pu être une actrice, j’aurais choisi Diana Rigg – et parce qu’en dépit des changements de saison, je ne porte que ça aux pieds. Le plume, en guise de revanche contre mon institutrice de CM1 qui m’en avait privée pour m’obliger à écrire au stylo à bille. Prend ça dans les dents. Avec la cartouche.

C’est justement à l’école primaire qu’on m’a parfois posé cette question banale dont je ne mesurais pas le poids : « et qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? »

A ça, j’avais une réponse, tout à fait sérieuse : « je veux être raconteuse d’histoires. »

Vingt ans après, je n’ai toujours pas autre chose à répondre lorsqu’on m’interroge sur ma « dynamique de projet professionnel ». Il apparaît qu’à Pôle Emploi, cette catégorie de métier ne semble pas convenir. Bigre.

Au cours de mes études, j’ai d’après mon CV acquis des compétences. Pourtant, la seule que je suis sûre de pouvoir me reconnaître, c’est celle-ci : raconter des histoires, ça, je sais faire. Pour les autres, j’en doute assez régulièrement.

Force est d’admettre que je ne pourrais pas passer ma vie à raconter des histoires. Mais rien ne m’empêche de le faire quand même. Et comme mon absence d’expertise m’autorise tous les cafouillages, pas question de se limiter à un sujet : que je sache, peu de lieux en France ne proscrivent le port des bottes, alors j’irais où il me sera permis d’aller. Cinéma, expo, jeu vidéo, voire tout simplement le web; tout ça se retrouvera ici, une fois mes compagnes rangées à côté de la porte. Si je ne suis pas sortie, j’irais piocher des idées à ma deuxième adresse : dans mon crâne, là, sous ma touffe de cheveux, confortablement étalée sur mon cerveau-canapé – avouez que ça pourrait être moelleux. Là dedans, je ne range jamais, et forcément du coup, je ne sais pas toujours ce que je trouverais à raconter. Des histoires, des chansons, des dessins, trois fois rien.

Merci d’enlever vos chaussures avant de lire les articles de ce blog, les miennes leur tiendront compagnie, soyez-en certains. Au moment de partir, s’il vous plaît d’en emporter un souvenir quelque part ailleurs dans le vaste Internet, ayez la courtoisie d’en mentionner la provenance. Si d’aventure quelque chose – une faute d’orthographe ou un faux pas – venait à vous choquer, vos remarques seront lues – et je vous en remercie. Et sinon…Vous avez envie de discuter ? Je me fais un café et j’arrive.

Bonne lecture,

Akem Syl’.#

cafe-croissant

Avant d’y aller, prenez donc une tasse

Un commentaire sur « Merci de mettre les patins »

A vous d'écrire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :